accueil lucalexis.ch
carte du site
nouveautes livre d'or
sortie

 


Une réalisation
CruxGraphix
________________



Creative Commons License

(cc) 2000-2012

Except where otherwise noted, this site is licensed under a Creative Commons Attribution 2.5 License


 
appliquée
génétique


     

Quels sont vos rêves ?

Un peu de génétique appliquée, si vous le voulez bien. Avec juste cette simple question : d'où me vient le fait qu'au plus je suis haut, au mieux je me porte (enfin, presque) ? Un indice : une cousine est très montagne.

Après le Pikes Peak (4307 m, Colorado, USA) qui fut mon premier 4000, et après le Buffaloes Peak (4000 et quelques, Colorado, USA), le Breithorn (4164 m) fut mon premier 4000 en Suisse. Le 29 juillet 2001, "we made it" (ci-contre). Hein, Olivier ?!?

 

Zermatt (1604 m.) - Breithorn (4164 m.) - Zermatt
(JV, LAL, OZ, PP)

   

Si dessous en ordre anti-chronologique ("stack-up"), l'histoire d'un rêve, sur 2003, 2002 et 2001... Commencez par en-bas si vous voulez le début.

2004 : on va retenter en août...
2003 : échec au Petit-Cervin
2002 : échec vers l'arête finale, à plus de 4000 mètres
2001 : le sommet dans la matinée, et le rêve démarre : se le faire pour le lever du Soleil...

Ah oui, j'allais oublier : l'idée est aussi Zermatt-Breithorn-Zermatt entièrement à pied. Cela s'appelle "la Totale".


   Breithorn 2004   |   B04

Ca y est : des dates ont été fixées cet été pour se faire ce lever du Soleil depuis ces 4164 mètres. Mais vous pouvez toujours vous gratter pour savoir quand on y va, parce que qu'on veut être tranquilles au sommet... Chacun son truc. Chacun son rêve.

A assez bientôt donc.

   Breithorn 2003

25.08.2003. En vitesse, un jour après, les news : la tentative du lever de Solel au sommet du Breithorn s'est à nouveau soldée par un échec, comme en 2002, pour cause météo. Le rêve continue ? Oui...

Notre point le plus haut en 2003, vers le Petit-Cervin.
Au moins, on était les seuls, dimanche matin à 7h00

 

De retour à la cabance du Theodull Pass, vers les 10h00. Le sommet du Breithorn derrière la pointe blanche, dans les nuages. Pas de regrets ? Oui... mais... ;-/

 

Peut-être que d'autres photos suivront, suivant l'envie, avec peut-être aussi une page pour chaque année !!

 

   Les photos "Breithorn 2002"

(© Olivier Zwicky)

Les 20 et 21 juillet 2002, on a remis cela. Juste pour le défi de monter à pied depuis Zermatt, dormir à la Gandegg, mais se faire le sommet pour le lever du Soleil, en partant cette fois en pleine nuit. Nous avions trouvé qu'il y avait trop de monde au sommet l'année précédente. En effet, comme c'est un sommet facile (surtout pour ceux qui montent au Petit-Cervin en benne !), c'est un peu l'autoroute par beau temps.

2002 fut une leçon d'humilité : une tempête de neige imprévisible (par nous ?) nous a fait rebrousser chemin à plus de 4000 mètres, à quelques centaines de mètres du sommet... On remettra cela en 2003, histoire de vivre le rêve.

 

"Dubitative under the frog" (g.) et "The Frog on the Land" (d.) *, lors de
la montée à pied depuis Zermatt, à l'arrière-plan (OZ)
* commentaires d'origine

 

La montée sur la Gandegg.
Le Breithorn est au fond à gauche et la pointe sur la droite
est le Petit Cervin, par lequel nous passerons le lendemain.

A l'arrivée le samedi en fin de journée à la
Gandegg Hütte. Le sommet est derrière...
(CR, LAL, OZ, MM, JMM et AR)

 

Coucher du soleil derrière le Cervin
(les mêmes, avec l'américain MM derrière l'appareil)

 

"The Departure" à 2h30, les traits quelque peut tirés,
après quelque chose comme au maximum trois heures de repos
(CR, LAL, OZ et JMM, avec AR derrière l'appareil)

Départ pour le sommet du Breithorn (la version 2002), vers les 2h30 du matin au départ de la Gandegg Hütte (Valais, Suisse) (de g. à d. : CR, votre serviteur LAL, OZ et AR)

Les photos du brouillard vers le sommet... bof.
Et celles du repas à la Trockener Stegg, après avoir battu en retraite
à 200 mètres du sommet, vu la déception ambiante, sont censurées !


"The Luke on Going"*, à la gare de Zermatt,
quinze heures après. Quelle histoire... ;-/ !!
* commentaires d'origine

Ce ne fut pas pour 2002. Le rêve du sommet au lever du Soleil, par beau temps of course, est toujours là. On retentera en 2003.

L'équipe sera peut-être différente, mais elle sera là. Avec une petite idée de variante pour se mettre plus de chances de notre côté.

Les nouvelles viendront sur cette page en fin d'été 2003.

 

 

   Les photos "Breithorn 2001"

(© Olivier Zwicky)

4164 mètres : au sommet du Breithorn
vers les 9h30 le dimanche 29 juillet 2001...
(JV, LAL, OZ et PP)

Arrêt de 30 minutes à la Gandegg, pour reprendre les sacs de couchage et enlever l'équipement en vue de la descente à pied pour Zermatt.

 

"We made it" : à l'arrivée à Zermatt, après une assez folle descente  ;-)

 

 

Ascension du Breithorn en deux jours
depuis Zermatt (VS) / notre expérience
(notre première ascension en 2001) :

- samedi : montée à pied de Zermatt jusqu'à la Gandegg Hütte. Compter env. 4 heures (c'est vraiment de tête). Chemin de moyenne montagne bien indiqué ("à la suisse").

(Carte au 1:25000 n°1348 - Zermatt) Nous somme passés par Hermeiji (au-dessus de Furi), avons passé le Furggbach au point 2272, et ensuite le chemin qui passe sous Furgg et la Trockener Steg (points 2509, 2676, 2773) jusqu'à la Gandegg Hütte (3029 m).

(Réservations : tel. +41.79.607.88.68)

- dimanche : en partant vers les 6h00 en plein été, pas besoin d'éclairage. Avec une bonne condition, vous pouvez arriver au sommet avant 9h30.

Depuis la Gandegg, prendre le chemin jusqu'au glacier (en-dessous du point 3108), aller jusqu'au milieu du glacier (sur les pistes du domaine du Petit-Cervin) et commencer la montée. Contourner le point 3642, en passant par le point 86.500 / 622.000. Ensuite passer par le Breithornpass et suivre les traces jusqu'au sommet.

Si vous êtes avec une bonne bande d'amis et qu'il fait beau, que vous avez un coup de rouge à boire à la mémoire de l'ancêtre et que vous avez encore une chose en tête, compter une heure au sommet. Redescente en env. 2 heures jusqu'à la Gandegg. Snacker le repas de midi, reprendre le gros sac, et si vous ne vous arrêtez presque pas jusqu'en bas, arrivée vers les 16h00 (juste, Olivier ?) à Zermatt. On ne conseille pas en non-stop : c'est violent et faut aimer ;-)

 

Et alors vous regardez le sommet, 2600 mètres au-dessus de vous, et vous vous dîtes que la vie est belle et que vous avez de la chance.

(par contre, quand faut ensuite dormir au Locle et être au travail à Bâle le lendemain à 9h00, là... c'est moins génial et vous vous demandez vraiment ce qui s'est passé !)


*** PRUDENCE ***
Attention : toutes ces indications sont là à titre informatif et indicatif. Mais je décline toute responsabilité : une bonne condition physique est indispensable, de l'expérience en haute montagne ainsi que du matériel adapté (notamment marche sur glacier) sont absolument nécessaires et requis. Entourez-vous de gens de confiance.
La montagne est magnifique, mais une part de risque est toujours présente. Même si c'est une course facile du point de vue technique,
des problèmes peuvent vite survenir. En 2002, le week-end de notre seconde ascension (soldée par un échec - voir ci-dessous), trois personnes sont décédées dans ce massif, dont une touriste.
Le plus grand danger est à mon avis la météo très changeante.
*** PRUDENCE ***

 

 

 

 

retour au pr̀c̀dent retour en haut suite >>>

 

- Mise à jour : 16 août 2004 -
l'ancêtre Jakob
documents bibliographiques
_________________